Home > False Solutions for Climate Change > REDD and carbon trading will not resolve the climate crisis
2015-09-10-105843_1198x1023_scrot

 By Chris Lang 14 November 2015

Attac Gabon and Grain recently put out a statementopposing REDD and carbon trading as a way of addressing climate change. The statement is posted here in full in English and French.

GRAIN is a small international non-profit organisation that works to support small farmers and social movements in their struggles for community-controlled and biodiversity-based food systems

Attac Gabon is the Gabonese branch of Attac, an international movement working towards social, environmental and democratic alternatives in the globalization process.

REDD and carbon trading will not resolve the climate crisis

Attac Gabon and GRAIN

As with other mechanisms supported by “world climate governance”, we doubted from the beginning that the Reduction of Emissions caused by Deforestation and the Degradation of Forests (REDD) mechanism would be likely to resolve the global climate crisis, ever since it was introduced in discussions on climate change. Now more than ever, the hidden face of this mechanism is revealed with the new market mechanism that is being devised and that may be adopted at the COP 21 in Paris in December 2015. The ground is a good place to sequester carbon, and speculators, businesses and multinationals see a great opportunity to make money and increase their profits. This time, real damage can be done. Very serious damage, because this time, the stakes are high; agriculture has become another target of the carbon trade.

Agriculture, which has been relegated to a minor role in these negotiations on climate change for some years, has reappeared, obviously not to the advantage of the people but to benefit the carbon trade and the world financial system. A few welcome the renewed focus, but it poses a problem for the rest of us.

The great majority of the preparatory proposal documents for REDD (commonly called R-PP) being worked out in Africa single out agriculture as the principal driver of deforestation, being careful not to point out that it is industrial agriculture with its focus on productivity and intensive use of chemical products which is the cause, to the detriment of small farms which have for decades always known how to respect the climate and protect the environment.

These accusations, which are intended to once again place the responsibility on one sector in order to better apply measures of “sanctification” through carbon trade competition, are simply criminal, all the more so considering the historic role and responsibilities of native peoples in the conservation of ecosystems through their traditional practices that respect the environment.

So the food system that generates between 44% and 57% of greenhouse gases (GHG), and which could be the sector through which we reduce a good part of emissions and cool the planet, becomes the sector through which most business can be done.[1] As we know, farmland has the capacity to store carbon and to contribute to cooling the planet. As a result, it becomes worthy of interest and every effort is now made so that agriculture, long neglected, can be brought back into the negotiations and take its place as a “major contributor” in decreasing emissions.

In Paris, this hostage-taking that results in agriculture finding itself unable to fulfil its role of feeding the planet but instead relegated to a purely commercial role through the carbon trade, will become clearer and the world will legitimize a system that, as we know very well, will not solve the problem of climate change.

REDD will be firmly integrated into the carbon trade, endorsed by all to the detriment of agriculture.

Thanks to the carbon trade and to the new measures which may be implemented, REDD+ will commercialize forest carbon and, henceforth, carbon tenure. This new carbon tenure market, a new market-based mechanism, will accentuate land-grabbing and put communities at risk and drive them into extreme poverty. Just as the carbon trade has never been for the benefit of communities and peoples, this new carbon tenure trade will not be a market to support communities but one to enrich multinationals and elites, including African ones, through speculation, carbon sale, promoting flawed technologies for reducing greenhouse gas, and intellectual property rights.

Speculation has never been in the interest of the people, and we can soon expect to see the damage resulting from the battle that the multinationals will engage in on the African continent. As the African saying goes, “When elephants fight, it’s the grass that pays the price”, and the farmers, herdsmen and other African producers must not be allowed to become the grass trod upon by neoliberal interests.

Another very real fact, and one which clearly shows that REDD+ will not be the solution for communities and the people, is the participation of international financial institutions, led by the World Bank, in virtually all REDD+ pilot projects in Africa at the current time.. These institutions, which are far from being philanthropic, are permanently in attendance and “facilitate” processes. Thus we find the World Bank very much in evidence as project partner for COMIFAC (Commission of Forests of Central Africa) in the Congo Basin, or the French Development Agency (AFD), which, through the Debt Relief and Development Agreement (C2D), a debt refinancing mechanism, provides financial aid to the Ivory Coast, subject to conditions, of course, such as the presence and use of French “expertise”.

REDD+ will therefore not contribute to reducing GHG, because it wavers not only when it comes to institutional decisions, but also where strategy and operational methods are concerned, thus aggravating the basic socio-economic problems of grass-roots communities.

Mainly held at the mercy of ministerial structures lacking real power over crucial issues such as land rights and common law, REDD+ is headed for the wall, for protest from marginalized communities which, instead and in place of being consulted, are invited to informational meetings and confronted with done deals.

It is therefore still an illusion to think that REDD+ can defend the rights of communities and farmers and furnish a real framework for dialog with members of local civil society. Instead, it will reinforce its “marriage” to the private sector and the banks. So it is important to protest against this flawed solution and to establish a balance of power in order to achieve real social justice and put an end to inequality.

Translated by Caty Green, Coorditrad


[1] See La Via Campesina and GRAIN, “Food sovereignty: Five steps to cool the planet and feed its people”, December 2014.

La REDD+ et sa finance carbone ne résoudront pas la crise climatique

ATTAC Gabon et GRAIN

A l’instar d’autres mécanismes plébiscités par la « gouvernance climatique mondiale », nous doutions depuis le début de la possibilité du mécanisme Réduction des Emissions provenant de la Déforestation et de la Dégradation des forets (REDD) à résoudre la crise climatique mondiale depuis son intrusion dans les débats sur les changements climatiques. Aujourd’hui plus que jamais la face cachée de ce mécanisme apparait avec le nouveau mécanisme de marché qui est en train de se concocter et qui risque d’être adopté à la COP 21 de Paris en Décembre 2015. Le sol est un bon puits carbone et les spéculateurs, les businessmen et les multinationales y voient une belle occasion de se faire de l’argent, d’augmenter leurs chiffres d’affaires. Et cette fois ci cela risque de faire mal comme on le dit. Très mal même car cette fois l’enjeu est de taille et l’agriculture est aussi la cible de ce commerce carbone.

L’agriculture qui pourtant avait bien été reléguée depuis plusieurs années à un rôle minimal dans ces négociations sur les changements climatiques est donc de retour mais visiblement contre les populations et pour le bonheur de la finance carbone et du système financier mondial. Un retour applaudi par certains mais qui pour nous pose problème.

La grande majorité des documents de proposition de préparation à la REDD (communément appelé R-PP) en élaboration en Afrique pointe l’agriculture comme le moteur principal de la déforestation, se gardant bien de préciser que c’est l’agriculture industrielle avec son modèle productiviste et son utilisation intensif de produits chimiques qui l’est, au détriment de l’agriculture paysanne qui a toujours su au fil des décennies prendre soin du climat et protéger l’environnement.

Ces accusations, dont l’objectif est encore une fois de rendre responsable un secteur afin de mieux lui appliquer des mesures de « sanctification » avec le concours de la finance carbone sont simplement criminelles d’autant plus si l’on considère le rôle historique et les responsabilités des peuples autochtones dans la conservation des écosystèmes à travers leurs pratiques traditionnelles respectueuses de l’environnement.

Alors que le système alimentaire qui génère entre 44 et 57% des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) et pourrait être le secteur par lequel l’on réduit une bonne part des émissions et refroidisse la planète, il devient le secteur par lequel le plus de business se fera.[1] Les terres agricoles comme on le sait, possèdent cette capacité de stocker le carbone et de contribuer au refroidissement de la planète. Du coup, elles deviennent dignes d’intérêt et tout est maintenant mis en œuvre afin que l’agriculture qui avait été longtemps négligé puisse revenir dans les négociations et prendre la place de ‘’grande contributrice ‘’ à l’atténuation.

A Paris cette prise en otage qui fait que l’agriculture se retrouve aujourd’hui empêcher de jouer le rôle de nourrir la planète mais se retrouve aujourd’hui dans une perspective purement commerciale à travers la finance carbone va se faire plus claire et le monde va légitimer un système que nous savons bien ne résoudra pas les changements climatiques.

La REDD sera bien installée dans le marché carbone et elle aura la caution de tous pour « braquer » l’agriculture.

La REDD+ grâce au marché carbone et aux nouvelles dispositions qui risquent d’être mises en place va commercialiser le carbone forestier et dorénavant le carbone foncier. Ce nouveau marché carbone foncier qui est un nouveau mécanisme de marché viendra accentuer les accaparements de terres et conduire les communautés à la précarité et à l’extrême pauvreté. Comme le marché carbone n’a jamais été pour le bien-être des communautés et des populations, ce nouveau marché carbone foncier ne sera pas un marché pour aider les communautés mais un marché pour enrichir les multinationales et élites, y compris africaines, à travers des outils comme la spéculation, la vente du carbone, la promotion des fausses technologies de réduction de Gaz à effet de serre, les Droits de Propriété Intellectuel.

La spéculation n’ayant jamais été du côté des peuples, il faut s’attendre à des dégâts bientôt dans les combats que les multinationales vont se livrer sur le continent Africain. Comme le dit ce dicton Africain : « quand des éléphants se battent, ce sont les herbes qui paient le prix » et les paysans, éleveurs et autres producteurs africains ne devrait pas être cette herbe devant les intérêts du néolibéralisme.

Une autre réalité bien présente et qui montre clairement que la REDD ne sera pas la solution des communautés, la solution du peuple est qu’en ce moment en Afrique la quasi-totalité des projets pilotes REDD+ voient la présence des Institutions Financières Internationales avec la Banque mondiale en tête. Ces institutions qui sont loin d’être des philanthropes sont permanemment présentes et « facilitent » les processus. Ainsi on retrouve très clairement la Banque Mondiale comme agence d’exécution d’un projet de la COMIFAC (Commission des Forets d’Afrique Centrale) au niveau du Bassin du Congo, ou même l’AFD qui a travers le Contrat de Désendettement et de Développement (C2D), un mécanisme de refinancement de la dette soutien financièrement à la Cote d’Ivoire, mais bien évidement avec des conditionnalités comme la présence et l’utilisation « d’expertise » française.

La REDD ne sera donc pas cette contributrice à la réduction des GES car non seulement elle balbutie sur ses choix institutionnels, mais aussi sur sa stratégie et sur son mode opératoire tout en aggravant les problèmes socio-économiques des communautés à la base.

Etant confié pour une grande partie à la merci de structures ministérielles n’ayant pas de réels pouvoirs sur les questions essentielles comme le foncier, le droit coutumier, la REDD+ se dirige bien vers le mur, vers la contestation par les communautés marginalisées qui en lieu et place des séances de consultations reçoivent des séances de partages d’informations et sont mises devant le fait accompli.

Il demeure donc illusoire de continuer à penser que la REDD+ puisse défende les droits des communautés et les droits des paysans et fournir un vrai cadre de dialogue avec les acteurs des sociétés civiles locales. Elle va plutôt renforcer son « mariage » avec le secteur privé et les banques. Il importe donc de faire barrage à cette fausse solution et construire un rapport de force pour mettre en œuvre une véritable justice sociale et mettre fin aux inégalités.


[1] Voir La Via Campesina et GRAIN, “Souveraineté alimentaire: 5 étapes pour refroidir la planète et nourrir sa population”, décembre 2014.